Pierre Fourchard et Inès Tahar

 

Pierre Fourchard : Pierre Fourchard est diplômé de l’ENSAV, école de cinéma basée à Toulouse. Il a réalisé L’Ostentatoire en 2017 et  Il Nero del mundo, en 2018. Il oeuvre au sein d’Un Jour ou l’Autre, association de production cinématographique qui regroupe, autour d’une vision commune du cinéma et de la création, de jeunes réalisateurs-réalisatrices, producteurs-productrices, techniciens-techniciennes et acteurs-actrices.

 

Inès Tahar : L’explosion d’AZF a détruit le mur de l’appartement dans lequel je vivais avec ma mère et mon frère. Un rideau rouge le remplace. Je commence alors à écrire des pièces que je fais jouer à mes ami-e-s des autres immeubles, au Mirail. Je rencontre Pierre Fourchard quelques années plus tard. On invente déjà des films. On a 11 ans et on ne se quittera plus.

A l’université, j’étudie les arts vivants. J’entre en Master Ecriture dramatique et création scénique à l’université du Mirail. J’écris une pièce, De L’eau, dont je mets en scène un extrait pour le Pavillon Mazar à Toulouse. Je joue et mets en scène une pièce de théâtre, Braises. Parallèlement, je joue dans L’Ostentatoire et Des Cordes dans la gorge, deux films de Pierre Fourchard. L’aventure continue…

Des cordes dans la gorge

France, 2019, 30'
de Pierre Fourchard
avec Inès Tahar Rousse, Swan Jouan, Marie Roche

À la suite d’une rupture amoureuse, Inès profite d’un tournant dans sa vie et, au cours d’une soirée, d’une nuit et d’une matinée, elle tente de provoquer de nouvelles rencontres.
Faire une comédie musicale, c’est l’envie de chanter dans le monde au présent. C’est garder le réalisme de nos vies pour le transformer, l’enchanter. C’est le besoin profond de conserver un certain éveil face au monde, les oreilles ouvertes, les cordes de la gorge déployées. Les mélodies font résonner dans notre mémoire les joies et peines du quotidien, celles des rencontres, des absences et des rendez-vous manqués…

Vendredi 20 mars 14h00